Enseignement michaélique du mois de novembre

Fils et filles bien aimés,
Chers Miquelots,

Lors de la célébration liturgique de la Toussaint, nous avons été invités à nous réjouir du sort bienheureux de la cohorte des saints qui se délectant de la vision béatifique en compagnie de la Vierge Marie et de la cours angélique constituent la Jérusalem céleste et l’Eglise triomphante.

Le lendemain, nous étions invités à nous unir au moins à l’une des trois messes célébrées par les prêtres afin d’intercéder pour les fidèles défunts.

Quelle joie de les savoir sauvés! Mais quelle compassion nous saisit de les savoir aussi comme étant immergés dans le temps de la souffrance et de la purification. Le Catéchisme de l’Eglise catholique (§1030) nous enseigne: « Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du Ciel ».

Après la mort, séparation inéluctable de l’âme et du corps, chaque personne sera jugée par l’Amour et sur l’amour de chacun de ses actes. L’iconographie chrétienne évoque souvent la pesée de l’âme effectuée par saint Michel. A qui d’autre pourrait incomber une telle tâche si ce n’est à celui qui combattit l’orgueil de Lucifer dont l’acte belliqueux se résuma par ce cri à l’origine de son nom : »Quis est Deus? ». Saint Michel Archange ne se contente pas d’assister sur le lit de mort ceux qui l’invoquent contre le démon. Lorsque l’heure dernière a sonné, lorsque l’âme a brisé les liens qui l’unissent au corps, l’Archange l’accompagne jusqu’au tribunal du Christ. Il fait plus encore : il procède au pesage de ses œuvres. C’est une fonction que la tradition lui attribue comme l’atteste l’ornementation des anciennes églises. Assez souvent saint Michel est représenté avec une balance à la main, jugeant le mérite des âmes. Dans l’Ancien Testament, au livre de Daniel avec l’épisode de Balthazar et de la main qui écrit sur la muraille, nous avons une allusion à cette balance car le deuxième mot mystérieux « Thecel » est interprété par Daniel de la manière suivante : « vous avez été pesé dans la balance et on vous a trouvé trop léger ». Selon les commentateurs, cette main est l’action d’un Ange que l’on peut penser être saint Michel. Cette balance entre les mains de saint Michel symbolise aussi le combat glorieux qu’il a mené, à l’origine du monde, contre Satan avec son cri « Qui est comme Dieu ». D’un côté il a mis la majesté de Dieu et sur l’autre plateau soi-même et toutes les créatures, pour montrer que toutes les créatures, prises ensemble, ne pèsent rien par rapport à Dieu : elle ne pèse pas un grain de poussière.
Avocat de la transcendance divine, Michel est le gardien de l’entrée au Paradis. Il est aussi celui, qui par mandat divin, peut délivrer l’âme souffrante du purgatoire.

Le purgatoire est la situation d’attente souffrante d’une âme qui après avoir comme à la dérobée contemplé le Christ et la magnificence du Ciel fût-ce de manière très voilée s’en trouva confondue eu égard à sa profonde indignité de demeurer dans un lieu si noble. Aussi, l’âme se jette-elle en purgatoire pour expier et purifier ce qu’il y aurait d’impur et imparfait en elle. Sa purification est d’autant plus douloureuse que cette âme ne peut d’aucune manière gagner le moindre mérite pour elle-même. Elle est enflammée d’un puissant désir de rencontrer la face de Dieu dont le visage aimable s’est retiré après la sentence du jugement particulier. Sa souffrance est celle d’un feu purificateur allumé par le terrible sentiment de nostalgie de l’être divin aimé mais présentement introuvable. Ce feu spirituel ôte les imperfections de l’âme telle la flamme d’un chalumeau éliminant les scories sur un morceau de métal. Plongées dans l’épaisseur de la nuit et la désolation la plus profonde, ces âmes sont ce faisant aimées par la Sainte Trinité.

Face à tel drame, l’âme souffrante a besoin d’aide spirituelle et de réconfort. Saint Michel et ses anges se préoccupent de ses âmes plongées au milieu de tant de brasiers. Avec la permission divine les anges interviennent pour apporter quelques encouragements, soulager ou pour faire avancer l’âme souffrante sur son chemin de purification. Parfois, le Dieu de Miséricorde envoie saint Michel afin de délivrer définitivement une âme et l’introduire dans la céleste félicité.

Saint Pie V compara le Prince de la milice angélique à un plénipotentiaire appliquant et interprétant les volontés divines, graciant parfois les coupables qui ont imploré sur terre sa protection et abrégeant la détention de certaines âmes souffrantes. A l’égard des êtres plongés en purgatoire, saint Michel est le médiateur entre le Souverain et ses humains sujets. La Tradition voit en saint Michel l’ange du purgatoire. Pour saint Anselme, ce dernier est tout puissant au purgatoire soulageant les âmes que la justice de Dieu châtie pour avoir fait fie en partie de sa si aimable miséricorde durant le pèlerinage terrestre. Pour Bellarmin, jésuite du XVIème, le ministère michaélique a le pouvoir de délivrer les suppliciés. Pour Alphonse de Ligori, saint Michel, plein de compassion, soulage les peines. Saint Bernard disait que celui qui a honoré saint Michel ne demeurera pas longtemps au purgatoire. Voilà comment l’Eglise triomphante est au secours de l’Eglise souffrante.

Mais la communion des saints ne serait pas plénière sans le mouvement spirituel de l’Eglise militante. Nous sommes invités, particulièrement durant le mois de novembre à aider les âmes des fidèles défunts encore en chemin vers la maison de Dieu le Père. C’est un devoir de charité! Ô combien ses âmes souffrantes nous seront redevables! Elles pourront aussi nous obtenir des grâces durant notre pèlerinage terrestre. Rien n’est plus précieux que l’offrande du saint sacrifice de la Messe. L’efficacité sacramentelle de la mort et de la résurrection du Christ actualisées dans la divine liturgie s’applique depuis toujours aux personnes décédées. La Messe leurs est cadeau d’une valeur inestimable! N’hésitons pas non plus à prier le rosaire, à offrir pour elles nos difficultés et contrariétés, nos croix et nos épreuves, nos actes de conversion et nos renoncements.

Enfin, n’oublions pas d’invoquer très fidèlement l’aide de l’Archange. Car, c’est encore à saint Michel qu’est dévolue la fonction d’introduire les âmes dans le ciel, comme en témoigne l’office liturgique de ce saint : « Michel, mon Archange, je t’ai établi prince sur toutes les âmes qui doivent être accueillies dans mon Royaume ». Et encore :  » Michel vient avec la multitude des anges, pour conduire dans le paradis où l’on tressaille d’allégresse, les âmes des saints que Dieu lui a confiées ».
Sur une dalle mortuaire de l’année 408, on peut lire le texte suivante : « … accorde lui d’être conduite par le saint Archange Michel, chargé de mener les âmes à la lumière, dans le sein des patriarches Abraham, Isaac et Jacob… ».

Afin de prier avec saint Michel pour les âmes du purgatoire durant ce mois de novembre, je vous propose de réciter, particulièrement dans les cimetières la litanie suivante :

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Marie, reine des anges, priez pour nous.
Saint Michel, rempli de la sagesse de Dieu, priez pour nous.
Saint Michel, parfait adorateur du verbe divin, priez pour nous.
Saint Michel, couronné d’honneur et de gloire, priez pour nous.
Saint Michel, très puissant prince des armées du Seigneur, priez pour nous.
Saint Michel, porte-étendard de la très sainte trinité, priez pour nous.
Saint Michel, guide et consolateur du peuple d’Israël, priez pour nous.
Saint Michel, splendeur et forteresse de l’Eglise militante, priez pour nous.
Saint Michel, lumière des anges, priez pour nous.
Saint Michel, rempart des orthodoxes, priez pour nous.
Saint Michel, force de ceux qui combattent sous l’étendard de la croix, priez pour nous.
Saint Michel, lumière et confiance des âmes au dernier terme de la vie, priez pour nous.
Saint Michel, secours très assuré, priez pour nous.
Saint Michel, notre aide dans toutes nos adversités, priez pour nous.
Saint Michel, héraut de la sentence éternelle, priez pour nous.
Saint Michel, consolateur des âmes retenues dans les flammes du purgatoire, priez pour nous.
Saint Michel, que le Seigneur a chargé de recevoir les âmes après la mort, priez pour nous.
Saint Michel, notre prince, priez pour nous.
Saint Michel, notre avocat, priez pour nous.
Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur,
Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur,
Agneau de Dieu, qui enlevez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur,
Jésus-Christ, écoutez nous,
Jésus-Christ, exaucez nous.

Priez pour nous, ô glorieux saint Michel, prince de l’Eglise de Jésus-Christ afin que nous puissions être dignes de ses promesses.

PRIONS : Grand saint Michel, vous que Dieu a chargé d’introduire au ciel les âmes des élus, je vous prie pour tous ceux que j’ai aimés et qui ne sont plus. Daignez les visiter, les assister et les secourir au milieu des flammes où ils brûlent, dans l’obscure prison où ils pleurent. Faites que Dieu les admette au plus tôt dans le lieu du rafraîchissement, de la lumière et de la paix. Et quand viendra pour mon âme l’heure de descendre en ce sombre séjour, je vous en conjure, intercédez pour elle et venez la secourir.
Ainsi soit-il.

Invoquant sur tous la précieuse assistance du Prince de la milice céleste, je vous bénis en Jésus et Marie.

Abbé J. M.+
Prêtre et aumônier de la confrérie michaélique de l’Alliance des Cœurs unis